Archives pour la catégorie Politique

Pour la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France

Une pétition lancée à l’attention des citoyens réclame la reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France.
http://www.mesopinions.com/petition/politique/reconnaissance-crimes-coloniaux-commis-france/27715
Le politologue et universitaire Olivier Le Cour Grandmaison
, auteur de l’appel, explique l’urgence de rendre justice aux victimes du colonialisme et à leurs descendants.
De nombreuses organisations et personnalités se sont jointes à cet appel.
« … déportations, exécutions sommaires et massacres ; autant de pratiques qui ont été constitutives de la construction et de la défense de l’empire colonial français. Les massacres de Thiaroye au Sénégal (décembre 1944), ceux de Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie, qui débutent le 8 mai 1945 et leurs dizaines de milliers de morts, en témoignent sinistrement.
Il y a soixante-dix ans, au mois de mars 1947, la guerre d’Indochine et l’insurrection malgache débutaient. Le 1er novembre 1954, un conflit long et sanglant commençait en Algérie.
Entre 1945 et 1962, la France a donc été presque constamment engagée dans des opérations militaires coloniales qui se sont soldées par près d’un million de morts.
N’oublions pas la guerre longtemps occultée menée au Cameroun (1955-1971) et les répressions sanglantes des militants guadeloupéens et kanaks… »
Texte complet de l’appel et des premiers signataires « Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France »

Qu’est ce que la Révolution ? par Fidel Castro

Discours prononcé le 1er mai 2000 par Fidel Castro sur la place de la Révolution à La Havane : discours mémorable où il donnait sa définition succincte du mot, du concept, de l’idéal … de Révolution.
Texte aujourd’hui en bronze sur une stèle à Santiago de Cuba où Fidel Castro est inhumé.

La Révolution …
C’est le sens du moment historique;
C’est changer tout ce qui doit être changé;
C’est la liberté et l’égalité pleines et entières;
C’est être traité humainement et traiter autrui avec la même humanité;
C’est nous libérer par nous-mêmes et par nos propres efforts;
C’est défier les puissantes forces dominantes à l’intérieur et à l’extérieur du cadre social et national;
C’est défendre les valeurs dans lesquelles on croit au prix de tous les sacrifices;
C’est modestie, désintéressement, altruisme, solidarité et héroïsme;
C’est lutter avec audace, intelligence et réalisme;
C’est ne jamais mentir et ne jamais violer aucun principe éthique;
C’est la conviction profonde qu’il n’existe aucune force dans le monde capable d’étouffer la force de la vérité et les idées.
La Révolution, c’est l’unité, c’est l’indépendance, c’est lutter avec nos rêves de justice pour Cuba et pour le monde.
C’est la base de notre patriotisme, de notre socialisme et de notre internationalisme.
Fidel CASTRO

Vidéo du discours place de la Révolution à La Havane (dailymotion)

Droitisation, mode d’emploi

« La désaffection grandissante des milieux populaires pour les partis de gauche, observable dans toutes les démocraties occidentales électives, n’est sans doute pas sans rapport avec la raréfaction des élus qui, issus des milieux défavorisés, en avaient éprouvé les conditions d’existence. »
Jugeons-en plutôt : en 1945, un quart des députés français étaient ouvriers ou employés avant leur élection ; il n’en reste que 2,1 % dans ce cas aujourd’hui.
En 1983, soixante-dix-huit maires de communes de plus de trente mille habitants provenaient encore de ces deux catégories sociales (majoritaires dans la population) ; trente ans plus tard, ils n’étaient plus que six (…)
Par Serge Halimi, Le Monde Diplomatique, juin 2015         Droitisation, mode d’emploi

Anicet LE PORS, notre invité le 21 novembre à Malakoff

« Nation et souveraineté populaire »  des concepts du passé ?  Des concepts dépassés ?  Ou des concepts plus que jamais d’actualité ?
Conférence – débat  avec  Anicet Le Pors, ancien ministre, sénateur, conseiller d’État honoraire.
Que ce soit dans sa pratique politique, sa lutte contre tout colonialisme ou ses écrits, ses prises de position concernant l’Europe,
Léo Figuères a toujours porté une grande attention à ces notions de nation et de souveraineté populaire.

INVITATION 21 nov2014 1 blogINVITATION 21 nov2014 2 blogLivres A Le Pors

La question de « Nation et Souveraineté populaire » mérite pour le moins d’être débattue, non comme un retour au passé, qu’il est néanmoins indispensable de connaître mais surtout pour envisager un avenir où les peuples, les citoyens se la réapproprient en réinterrogeant les modalités d’exercice concret des pouvoirs du local au global y compris dans l’entreprise.

Ploutocratie ? par Ernest Renan

« J’appelle ploutocratie un état de société où la richesse est le nerf principal des choses, où l’on ne peut rien faire sans être riche, où l’objet principal de l’ambition est de devenir riche, où la capacité et la moralité s’évaluent généralement (et avec plus ou moins de justesse) par la fortune… »
Ernest Renan – 1823-1892 – L’Avenir de la science, Pensées de 1848 – 1890

Ce que les médias occidentaux ne disent pas

25 vérités sur les manifestations au Venezuela
Comme en 2002, l’opposition radicale, incapable de prendre le pouvoir par les urnes, multiplie les actions violentes dans le but de rompre l’ordre constitutionnel.
par  Salim Lamrani
Docteur ès Études Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Maître de conférences à l’Université de La Réunion, journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les États-Unis.
Version française d’un article paru dans Opera Mundi :  lire   Salim Lamrani à propos du Venezuela

Cuba et les médias : conférence du 31 janvier de Salim Lamrani à Malakoff avec l’ALF

Salim Lamrani présente son livre «Cuba : les médias occidentaux face au défi de l’impartialité » à la Maison des Associations de Malakoff à la soirée organisée par les « Amis de Léo Figuères« .

Malakoff, 31 janvier 2014En présence de l’Ambassadeur de Cuba, Hector Igarza, du maire de la localité, Catherine Margaté, et devant un public de plus d’une centaine de personnes, le professeur et chercheur Salim Lamrani a présenté son dernier livre : «Cuba : les médias occidentaux face au défi de l’impartialité » à la Maison de la Vie associative de Malakoff.

Dans cette œuvre, l’auteur dénonce la manipulation médiatique à laquelle Cuba est soumise par les principaux médias internationaux de communication et la soumission de ceux-ci aux principaux intérêts corporatifs.

Salim a expliqué que la presse s’acharne sur Cuba en essayant de montrer une réalité chaotique et en même temps occultent l’existence du blocus économique et de ses effets, de la persécution obsessionnelle des transactions financières de la part du Département du Trésor des États-Unis pour provoquer l’asphyxie de notre pays et frapper les catégories les plus vulnérables de la population cubaine.

Étaient présents à cette initiative des militants du Parti Communiste Français, de l’association de gauche « Amis de Léo Figuéres » et du mouvement de solidarité avec Cuba.

L’Ambassadeur de Cuba a salué le public, a remercié l’auteur du livre, la Maison des Associations de Malakoff et les autorités municipales.

Vu sur le site de l’ambassade Cuba : http://www.cubadiplomatica.cu/francia/FR/Accueil.aspx

Socialisme

Le socialisme doit faire rêver, tout en restant un socialisme du possible.
Il doit redonner du sens à l’avenir
.
Tony Andréani, philosophe, Dix essais sur le socialisme