Archives du mot-clé Anicet Le Pors

Encore un public nombreux à la soirée du 21 novembre

Malakoff le 21 novembre 2014 : Anicet Le Pors, ancien ministre et sénateur, avec une sage passion, brio et simplicité a su capter l’attention d’un public divers sur le thème « Nation et souveraineté populaire ».
De Philippe Le Bel à nos jours comment a évolué la nation et sa conception, la pensée de Rousseau sur la souveraineté aussi bien nationale que populaire, les mutations qui ont traversé l’histoire, le mouvement vers la personne ou la réflexion tournée vers le genre humain comme défi à une mondialisation capitaliste et la « finitude » de la planète, le manque de perspective et la perte de repères qui pousseraient vers une citoyenneté mondiale.
Le débat qui a suivi a porté sur les positions des forces de gauche et communiste vis à vis de l’Union européenne celle ci reste en contradiction avec les aspirations souveraines des nations, sur la perspective du socialisme dont si peu parlent aujourd’hui, sur le communautarisme et l’identité, les services publics et l’appropriation des outils de production comme éléments indispensables de la souveraineté.
Vous pouvez visualiser la vidéo de la conférence, réalisée par notre ami Michel Relais (SARL Relais Michel Audiovisuel) dans la rubrique « PHOTOS-VIDÉOS » de ce site.

DSC00502DSC00503DSC00490DSC00493DSC00488DSC00487

Anicet LE PORS, notre invité le 21 novembre à Malakoff

« Nation et souveraineté populaire »  des concepts du passé ?  Des concepts dépassés ?  Ou des concepts plus que jamais d’actualité ?
Conférence – débat  avec  Anicet Le Pors, ancien ministre, sénateur, conseiller d’État honoraire.
Que ce soit dans sa pratique politique, sa lutte contre tout colonialisme ou ses écrits, ses prises de position concernant l’Europe,
Léo Figuères a toujours porté une grande attention à ces notions de nation et de souveraineté populaire.

INVITATION 21 nov2014 1 blogINVITATION 21 nov2014 2 blogLivres A Le Pors

La question de « Nation et Souveraineté populaire » mérite pour le moins d’être débattue, non comme un retour au passé, qu’il est néanmoins indispensable de connaître mais surtout pour envisager un avenir où les peuples, les citoyens se la réapproprient en réinterrogeant les modalités d’exercice concret des pouvoirs du local au global y compris dans l’entreprise.