Archives du mot-clé Malakoff

Hommage à Clément Guion

Le monde à bas je le bâtis plus beau (Aragon)

C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris la disparition ce samedi 11 mai de Clément Guion qu’on appelait affectueusement Titi.
 
Clément Guion deuxième à gauche au conseil municipal et troisième à droite devant le ministère
du Logement avec une délégation conduite par Léo Figuères et le député Guy Ducoloné.


Clément Guion deuxième à gauche à une manifestation pour la couverture du périphérique
et à droite à côté de Catherine Margaté élue maire et Léo Figuères.

Jeune ouvrier parisien, il fut très tôt militant de la Jeunesse Communiste et responsable de cette organisation. En 1965 Léo Figuères sollicita le jeune Clément pour qu’il rejoigne la liste aux élections municipales de Malakoff. Fier de cette confiance, ce jeune de 24 ans se révéla un élu actif et il lui fut confié rapidement des responsabilités au sein de la direction municipale en devenant maire-adjoint dès 1971.
Il fut un des représentants de la cause ouvrière au sein du Conseil municipal et participa à apporter le soutien de la ville aux travailleurs de Malakoff des usines Thomson, l’Oxhydrique, Walran, Ragonot, des ateliers RATP… en lutte pour leurs salaires, et conditions de travail, contre les fermetures d’usines et la désindustrialisation de la commune.

Comme maire-adjoint puis comme président de l’OPHLM, il participa à la modernisation de la ville tout en veillant à conserver la mixité sociale par le développement d’un urbanisme qui a permis la construction de logements sociaux, les réhabilitations, pour empêcher la spéculation immobilière et l’expulsion de locataires. C’est à cette tâche qu’il employa son énergie avec tous les élus pour faire de Malakoff une ville toujours plus solidaire, sociale et accueillante avec le souci d’être en contact direct et permanent avec les habitants pour agir au mieux au service de la population.

Comment oublier qu’il fut un opposant au colonialisme et à la guerre d’Algérie. Comme appelé il participa avec les soldats du contingent à déjouer le putsch des généraux fascistes en 1961 qui voulaient attenter à la République.

Clément Guion c’était aussi le militant communiste, fidèle à ses idéaux de jeunesse qui ne renonça pas à l’objectif de sortie du capitalisme et à l’avènement d’un nouvel ordre social, malgré les difficultés, les modes, les slogans de la pensée dominante comme des discours qui sous couvert de modernité abandonnent l’essentiel.

Si Clément Guion fut un proche collaborateur de Léo Figuères il était aussi son ami et celui de sa famille, il faisait partie du comité de parrainage de l’association Amis de Léo Figuères – ALF ce dont nous étions honorés. Nous nous souviendrons de Clément comme d’une personne  de conviction, affable, ouverte au dialogue, proche des gens avec qui on avait plaisir de discuter et de partager tous les petits moments qui font qu’on ne les oublie pas.

Nous ressentons de la tristesse, nous perdons un ami, un camarade. Au nom de tous les adhérents de notre association nous présentons nos condoléances émues à son épouse Michèle, à ses fils Thierry et Didier, à sa famille. Nous partageons leur peine et nous serons auprès d’eux lors du dernier adieu à notre ami et camarade Clément Guion ce vendredi 17 mai à 15h30 au cimetière communal de Malakoff.

Il demeure beaucoup à faire et à refaire
Mais le chant consacré à la juste louange reste béni
(
Jean Marcenac)

Gilles Figuères

Beau succès à Éducation populaire et culture avec ALF

Plus d’une centaine de personnes ont assisté à la journée du samedi 10 novembre en débattant avec Francis Combes sur le PCF, le marxisme, la culture et le rôle joué par Léo Figuères. Claire-Lise Charbonnier a fait revivre  l’épopée du Théâtre 71.
La journaliste de France-Inter, Zoé Varier a animé un débat entre les responsables de la Maison de l’enfance, de la MJC, des centres de vacances ou de la culture à Malakoff (Dominique Cordesse, Michèle Varier, Gilles Clavel, Michel Legouill, Claude Lhomme, Charles de Terlikovski) et la salle sur les conditions et facteurs de développement de l’éducation populaire à Malakoff et son originalité.
La pièce de Théâtre de Claire-Lise Charbonnier « Toute rencontre de hasard est un rendez-vous » … avec le peuple argentin et le tango a clôturé la soirée.
Cette journée a eu le grand mérite de montrer les évolutions, l’élégance et la continuité de l’action culturelle menée à Malakoff par des équipes impliquées.
Que les participants et intervenants soient remerciés d’avoir assuré ce succès !
 

Le 12 octobre, un pur régal avec Patrick Besson

Le 12 octobre à la Médiathèque de Malakoff, Patrick Besson, l’auteur à succès a régalé la nombreuse assistance de propos aiguisés associant citations littéraires, points de vue politiques (ah sa défense de la révolution d’Octobre !) et un ardent plaidoyer de la magie (dévoyée) du football.
Un moment de pur délice, d’intelligence et d’humour agrémenté de lectures de ses textes par le comédien Nicolas Dambroise !
Romans de Patrick Besson présentés à cette soirée :
Ne mets pas de glace sur un cœur vide (Plon, 2016), roman se déroulant à Malakoff
Tout le pouvoir aux soviets (Stock, 2018), la Révolution d’Octobre vue à travers 3 générations
Son nouveau livre Le milieu de terrain (Grasset, 2018), une plongée romanesque dans l’univers du football.
La vidéo de la soirée réalisée par le Groupe Relais que nous remercions, est maintenant disponible sur Youtube : Video Patrick Besson

Inauguration de la Place Léo Figuères et exposition « Un homme debout »

VENDREDI 8 JUIN 2018, hommage de la ville de Malakoff à Léo Figuères pour le centenaire de sa naissance :
– Inauguration de la « Place Léo Figuères » (quartier sud de Malakoff, les Nouzeaux)
– Exposition « Léo Figuères, un homme debout, 1918 – 2011 » jusqu’au 30 juin à la Maison de la Vie associative, 26 rue Victor Hugo à Malakoff (92).

Invitation : clic…

 

Patrick Besson : Malakoff et la Révolution dans deux romans

Le romancier Patrick Besson (prix Renaudot, Grand prix de l’Académie française) propose deux romans :

Ne mets pas de glace sur un cœur vide (éditions Plon, 2016)
Malakoff juillet 1989, au café Le Carrefour sur le Boulevard Gabriel Péri, deux jeunes gens discutent… et puis …
Extraits
« … ils se croisèrent au premier étage de la médiathèque Pablo Neruda, rue Béranger. J’y vais moi-même depuis 25 ans… l’établissement a été ouvert en 1973. Il reçut le nom de Pablo Neruda le 28 septembre 1974, en hommage au poète récemment décédé et par solidarité avec le peuple chilien alors sous la férule du général Pinochet … »
« … quand ils revinrent à Malakoff, le maire et ses adjoints organisèrent pour eux une cérémonie à laquelle je retrouvai pour la première fois depuis notre après-midi de thé et de gâteaux, Mariem. Nous écoutâmes le discours du maire, l’historien, et écrivain communiste Léo Figuères, dont j’avais lu naguère le célèbre « Le Trotskisme, cet antiléninisme », ouvrage ultra controversé dans les cercles gauchistes que je fréquentais à l’époque … »

Tout le pouvoir aux soviets (éditions Stock, 2018)
Un jeune banquier né d’une mère russe anti-soviétique et d’un père communiste voyage aujourd’hui de Paris à Moscou…on revit le passage de Lénine à Paris, rue Marie Rose en 1910, ou le cinquantième anniversaire d’Octobre 17 à Moscou en 1967, les histoires d’amour se télescopent avec la grande histoire à différentes périodes dont celle de la révolution.
Extraits
« … à Paris, on allait beaucoup au cinéma. C’était un art jeune et Lénine aimait la jeunesse – C’est avec l’aide des jeunes que les vieux font la révolution, disait-il. Sans eux ils resteraient à l’abandon au fond des cafés – Au fond des cafés de la porte d’Orléans ? … »
« … Comme les peintres impressionnistes dont les collectionneurs russes furent les premiers acheteurs, Lénine aimait travailler en plein air. Le marxisme n’est-il pas une nouvelle façon de représenter la Nature ? La lutte des classes en couleurs … »
« … les Français ne lisent plus Anatole France, j’ai cherché en vain ses livres au quartier latin, en vain. Comme le grand Henri Barbusse, maître à écrire de Céline qui lui est dans la collection de prestige, la Pléiade. Prime au fascisme et à l’antisémitisme ? Les bourgeois pardonnent plus facilement aux bourgeois d’extrême droite qu’aux bourgeois d’extrême gauche de s’être engagés sur le chemin de la révolte anti-bourgeoise. Aux prolétaires, ne pardonnent rien. Ni leurs idées ni leurs odeurs. Rien en histoire qui ne s’explique sans la lutte des classes … »

Pour cet ouvrage Patrick Besson s’est documenté et en particulier s’est servi du livre de Léo Figuères « Octobre 1917, la révolution en débat » 

Plein succès le 11 avril pour le Vietnam avec ALF

Beaucoup de monde pour fêter l’anniversaire de la libération et la réunification du Vietnam en présence de S.E. monsieur l’ambassadeur du Vietnam Nguyen Ngoc Son, de madame Catherine Margaté, maire de Malakoff et de madame Hélène Luc ancienne sénatrice et présidente des Amitiés France-Vietnam.
A cette occasion a été présentée la réédition du premier livre de Léo Figuères Je reviens du Vietnam libre suite à son voyage dans les maquis vietnamiens en 1950.
L’historien du colonialisme  Alain Ruscio, qui a écrit l’introduction à cette nouvelle édition, a rappelé le contexte historique de cette époque, les circonstances de la mission de Léo Figuères, dirigeant des jeunesses communistes, ainsi que les luttes menées en France en soutien au peuple vietnamien.
Le compte-rendu de la journée par l’Agence vietnamienne d’information Le courrier du Vietnam
Toutes les photos de la soirée à la rubrique PHOTOS du site
apa2 087  apa2 112 apa2 122 apa2 127 apa2 157apa2 138

Notre amie Josette Pappo nous a quittés le 13 décembre 2013

Nous saluons la mémoire de Josette Pappo.
Josette était une des premières marraines de l’association et nous l’avions revue avec plaisir à l’occasion de notre soirée du 22 novembre dernier où elle s’était montrée enjouée.
Josette fut une proche collaboratrice de Léo et s’était vue confier plusieurs fonctions de maire-adjointe à partir de 1971 et jusqu’en 1995, successivement déléguée à la santé, aux questions sociales, aux personnes âgées, à la petite enfance et à la communication. Pour le travail qu’elle anima dans le domaine de la petite enfance la ville de Malakoff avait reçu le label « Petite enfance » en 1993.
Josette, beaucoup l’ont connue aussi comme éducatrice et animatrice auprès des enfants et des jeunes, c’est ainsi qu’elle débuta sa vie dans notre commune et laissa tant de bons souvenirs.
Nous n’oublierons pas ses engagements pour l’émancipation humaine auxquels elle est toujours restée fidèle.
Josette Pappo est inséparable de la ville de Malakoff, nous la pleurons et nous disons adieu à une grande dame.
Nous pensons à ses fils, Marc et Gilles. Les Amis de Léo Figuères s’associent à leur peine et présentent leurs sincères condoléances.

Fête de l’Humanité 13.14.15 sept. 2013 Parc de la Courneuve

fête de l'humanité

Les Amis de Léo FiguèresALFseront présents à la Fête du journal l’Humanité au stand de Malakoff (avenue Jean Jaurès) pour la vente de livres de Léo Figuères et du livre que vient d’éditer le Temps des Cerises « Léo Figuères, un homme debout ».
Nous y ferons signer la pétition de l’Humanité pour dire « non à une intervention de la France en Syrie ».
Nous y proposerons aussi l’adhésion à l’association.
Tous les amis sont conviés à participer à cette activité.
Et samedi 14, à 16h, nous vous donnons rendez-vous sur le stand pour discuter du programme de l’ALF pour 2014.