Disparition de Domenico Losurdo, grand philosophe marxiste

Le philosophe marxiste italien, professeur de l’université d’Urbino, spécialiste de Hegel, est décédé brutalement à l’âge de 77 ans le 28 juin dernier.Le directeur de l’Institut de sciences philosophiques et pédagogiques de l’université d’Urbino (Italie), né en 1941 à Sannicandro di Bari, laisse une œuvre philosophique critique importante. Spécialiste de Hegel et de Nietzsche, l’auteur du Péché originel du XXe siècle (Aden, 2007), de la Contre-histoire du libéralisme (La Découverte, 2013) ou encore de la Lutte des classes (Delga, 2016) avait acquis une grande autorité dans les cercles intellectuels de la pensée critique, mais aussi parmi les communistes, dans les milieux marxistes et bien plus largement auprès des militants anticapitalistes…

Domenico Losurdo a développé le concept de « l’autophobie communiste » : l’autophobie se manifeste dans les rangs de ceux qui, tout en continuant à se déclarer communistes, s’approprient le point de vue de leurs adversaires, cela correspond à l’autoflagellation des vaincus : « C’est une fuite lâche devant cette histoire et devant la réalité de la lutte idéologique et culturelle toujours brûlante. Si l’autocritique est le présupposé de la reconstruction de l’identité communiste, l’autophobie est synonyme de capitulation et de renonciation à l’identité autonome. » (Fuir l’Histoire, D. Losurdo, 2007, éd. Delga).

Domenico Losurdo, maître de la riposte au libéralisme, Pierre Chaillan, l’Humanité, 29 juin 2018.

Pour en savoir plus, sa biographie, sa pensée et ses ouvrages : Domenico Losurdo Wikipedia

Exposition « Léo Figuères, un homme debout, 1918-2011 »

Cette exposition a été réalisée à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Léo Figuères par ALF avec le soutien de la ville de Malakoff. Par cette exposition, inspirée du livre du même nom « Un homme debout », nous avons voulu retracer modestement ce que fut sa vie oh combien intense et ce depuis son plus jeune âge, une vie marquée par les grands événements de l’histoire contemporaine.
À travers cette exposition nous avons voulu également rendre hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes, qui ont côtoyé Léo Figuères ou ont œuvré à ses côtés, aux habitants de Malakoff ainsi qu’à ses amis des Pyrénées-Orientales.
Cette exposition est visible jusqu’au 30 juin à la Maison de la Vie associative (26 rue Victor Hugo, Malakoff, 92).


Photos de Séverine Fernandes

Place Léo Figuères le 8 juin à Malakoff

Hommage de Malakoff à Léo Figuères à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance avec l’inauguration de la Place à son nom et de l’exposition qui lui est dédiée « Un homme debout ».
En présence de madame Andrée-Léa Figuères et des discours de madame la maire de Malakoff Jacqueline Belhomme et pour ALF de messieurs Claude Lhomme et Gilles Figuères.

 

   
Photos de Séverine Fernandes

Léo Figuères aurait eu 100 ans cette année par le journal Le Parisien

Le journal Le Parisien revient sur le parcours de Léo Figuères et sur l’inauguration d’une place à son nom à Malakoff et sur l’exposition qui lui est consacrée…  » … celui qui fut maire (PCF) emblématique de la commune entre 1965 et 1996 – et est décédé le 1er août 20111…  »
Dans l’article : Construire pour les plus modestes. L’accès à la culture. Un orateur de talent proche des gens.

Léo Figuères aurait eu 100 ans cette année par Anthony Lieures (Le Parisien, 8 juin 2018)

Inauguration de la Place Léo Figuères et exposition « Un homme debout »

VENDREDI 8 JUIN 2018, hommage de la ville de Malakoff à Léo Figuères pour le centenaire de sa naissance :
– Inauguration de la « Place Léo Figuères » (quartier sud de Malakoff, les Nouzeaux)
– Exposition « Léo Figuères, un homme debout, 1918 – 2011 » jusqu’au 30 juin à la Maison de la Vie associative, 26 rue Victor Hugo à Malakoff (92).

Invitation : clic…

 

Contre le démantèlement de la SNCF par Macron : soutien aux cheminots

Pour la défense de la SNCF, contre sa privatisation, pour le développement du transport ferroviaire et la défense de leurs droits sociaux, les cheminots sont en grève… Le gouvernement veut passer en force sans négocier avec les syndicats, il compte sur le matraquage médiatique pour diviser l’opinion.
Si le rempart des cheminots cède, c’est une sérieuse brèche de plus dans le démantèlement de notre modèle social et la marchandisation de nos services publics.
Les cheminots défendent notre bien commun, on ne peut les laisser seuls, leur combat est le notre, soutenons les dans leur grève.
Notre soutien financier les aidera à tenir la grève.
Le bureau d’ALF a décidé de faire un don à la caisse de solidarité des cheminots au nom de l’association des Amis de Léo Figuères.
Nous appelons tous les ami-e-s à soutenir financièrement les cheminots en grève.
Nous sommes toutes et tous des cheminots !

– Pour un don en ligne :
https://www.leetchi.com/fr/Cagnotte/31978353/a8a95db7     OU   https://www.lepotcommun.fr/pot/solidarite-financiere
Pour un don par chèque à :
Confédération générale du travail CGT, « Solidarité CGT Luttes 2018« ,Service comptabilité, 263, rue de Paris, 93100 Montreuil

Vendredi 30 mars à 19h : Assemblée Générale d’ALF

Nous réunirons l’Assemblée générale des Amis de Léo Figuères – ALF
Vendredi 30 mars à 19h à la Maison de la Vie associative, 28 rue Victor Hugo à Malakoff (92240).
– Nous ferons le bilan de nos initiatives de 2017 qui ont célébré l’idée de révolution à travers le centenaire de la Révolution d’Octobre.
– Nous discuterons de notre prochaine initiative en 2018, le thème tournera autour de Culture et Education populaire  en s’appuyant sur l’engagement de Léo sur les questions de la culture au PCF et son implication avec tous les acteurs de Malakoff dans les réalisations culturelles et éducatives de la ville.
– L’année 2018 est le centenaire de la naissance de Léo Figuères, à cette occasion il est envisagé d’organiser une exposition, et nous vous tiendrons informés de démarches sur la possible attribution du nom de Léo à un lieu de la ville.
– Pour cette assemblée générale nous avons invité notre ami le Docteur Michel Limousin, ancien directeur du CMS de Malakoff qui interviendra sur « La santé et la protection sociale pour tous » (ouvrage collectif édité aux Temps des Cerises).

La soirée se clôturera par un buffet.
Nous espérons vous revoir en cette occasion
Avec toute notre amitié
Le bureau d’ALF

Patrick Besson : Malakoff et la Révolution dans deux romans

Le romancier Patrick Besson (prix Renaudot, Grand prix de l’Académie française) propose deux romans :

Ne mets pas de glace sur un cœur vide (éditions Plon, 2016)
Malakoff juillet 1989, au café Le Carrefour sur le Boulevard Gabriel Péri, deux jeunes gens discutent… et puis …
Extraits
« … ils se croisèrent au premier étage de la médiathèque Pablo Neruda, rue Béranger. J’y vais moi-même depuis 25 ans… l’établissement a été ouvert en 1973. Il reçut le nom de Pablo Neruda le 28 septembre 1974, en hommage au poète récemment décédé et par solidarité avec le peuple chilien alors sous la férule du général Pinochet … »
« … quand ils revinrent à Malakoff, le maire et ses adjoints organisèrent pour eux une cérémonie à laquelle je retrouvai pour la première fois depuis notre après-midi de thé et de gâteaux, Mariem. Nous écoutâmes le discours du maire, l’historien, et écrivain communiste Léo Figuères, dont j’avais lu naguère le célèbre « Le Trotskisme, cet antiléninisme », ouvrage ultra controversé dans les cercles gauchistes que je fréquentais à l’époque … »

Tout le pouvoir aux soviets (éditions Stock, 2018)
Un jeune banquier né d’une mère russe anti-soviétique et d’un père communiste voyage aujourd’hui de Paris à Moscou…on revit le passage de Lénine à Paris, rue Marie Rose en 1910, ou le cinquantième anniversaire d’Octobre 17 à Moscou en 1967, les histoires d’amour se télescopent avec la grande histoire à différentes périodes dont celle de la révolution.
Extraits
« … à Paris, on allait beaucoup au cinéma. C’était un art jeune et Lénine aimait la jeunesse – C’est avec l’aide des jeunes que les vieux font la révolution, disait-il. Sans eux ils resteraient à l’abandon au fond des cafés – Au fond des cafés de la porte d’Orléans ? … »
« … Comme les peintres impressionnistes dont les collectionneurs russes furent les premiers acheteurs, Lénine aimait travailler en plein air. Le marxisme n’est-il pas une nouvelle façon de représenter la Nature ? La lutte des classes en couleurs … »
« … les Français ne lisent plus Anatole France, j’ai cherché en vain ses livres au quartier latin, en vain. Comme le grand Henri Barbusse, maître à écrire de Céline qui lui est dans la collection de prestige, la Pléiade. Prime au fascisme et à l’antisémitisme ? Les bourgeois pardonnent plus facilement aux bourgeois d’extrême droite qu’aux bourgeois d’extrême gauche de s’être engagés sur le chemin de la révolte anti-bourgeoise. Aux prolétaires, ne pardonnent rien. Ni leurs idées ni leurs odeurs. Rien en histoire qui ne s’explique sans la lutte des classes … »

Pour cet ouvrage Patrick Besson s’est documenté et en particulier s’est servi du livre de Léo Figuères « Octobre 1917, la révolution en débat » 

Décès de Jean Salem, grand philosophe et homme d’engagement

Je viens d’apprendre la disparition de Jean Salem, emporté à 65 ans après une longue maladie dans la nuit de samedi et dimanche 14 janvier 2018.
Jean était mon ami, nous fumes élèves au Lycée François Villon et militants de la Jeunesse Communiste. Ensemble nous avons manifesté, entre autres, contre la venue de Nixon à Paris pendant la guerre du Vietnam, nous fûmes arrêtés ensemble pour avoir jeté des tracts au passage du cortège officiel. C’était également un habitant de Malakoff où il a passé une partie de sa jeunesse quand son père, Henri Alleg, à la sortie de sa clandestinité, fut accueilli par Léo Figuères à Malakoff.
Mais Jean Salem c’était surtout un philosophe, professeur à la Sorbonne, grand spécialiste mondialement connu et reconnu des philosophes grecs, comme Démocrite, Épicure, Lucrèce (prix des Études grecques, lauréat de l’Académie française). Il avait une telle soif de connaissances qu’outre son agrégation et son doctorat en philosophie, il était aussi  diplômé en sciences politiques, en littérature, en économie et en histoire de l’art. Il organisait à la Sorbonne – et avec quel succès ! – des séminaires autour du marxisme « Marx au 21ème siècle : l’esprit et la lettre » qui réunissaient de nombreux penseurs français et étrangers.
Il est resté fidèle jusqu’au bout aux idéaux révolutionnaires comme communiste critique en particulier sur la perte des repères et des valeurs qui brouillent le message de la transformation nécessaire de la société capitaliste.
Jean avait accepté avec enthousiasme de parrainer l’association des Amis de Léo Figuères-ALF. Il devait à l’origine participer à notre initiative pour le centenaire de la Révolution d’Octobre pour y faire une conférence, la maladie l’en aura empêché.
Je pleure un ami trop tôt parti, nous perdons un grand intellectuel brillant qui laisse une œuvre considérable.
Je pense également à nos amis de l’ACCA qui perdent un militant dans la lutte contre le néo colonialisme, fidèle qu’il était aux engagements de son père.
Nous sommes tous tristes, nous perdons un ami, un camarade, nous continuerons son combat pour faire vivre le marxisme !
Les Amis de Léo Figuères présentent à son épouse Marie-Pierre, à ses enfants, à son frère André et à sa famille leurs sincères condoléances.
Gilles FIGUÈRES

Note : C’est dans l’un de ses derniers livres, Résistances (entretiens avec le philosophe Aymeric Monville, éditions Delga, 2015), que Jean Salem a évoqué son parcours biographique, militant et intellectuel.

Claude Willard, l’historien du mouvement ouvrier, est décédé

Nous avons appris la disparition de l’historien Claude Willard survenue le 30 novembre 2017.
Claude Willard était membre du Comité de parrainage de notre association « Amis de Léo Figuères » et nous en étions très honorés. Claude Willard avait écrit la biographie de Léo, pour qui il avait une grande affection, dans le « Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et social » dit Le Maitron.
Claude Willard un historien qui avait pris le parti d’étudier l’histoire des humbles, des ouvriers. Rares aujourd’hui sont ceux qui, comme intellectuel, universitaire se sont engagés comme lui pour l’émancipation sociale, nous n’oublions pas qu’il fut communiste et un ancien résistant.
Nous n’oublierons pas ce grand intellectuel, ses recherches, ses écrits en particulier sur le socialisme. Claude Willard est un exemple pour les historiens, puissent les nouvelles générations qui se consacrent à l’étude de l’histoire s’en inspirer.

Nous présentons à sa famille les sincères condoléances de notre association ALF.

Grand historien du socialisme, spécialiste de Guesde, ancien résistant, Claude Willard est décédé à l’âge de 95 ans. Enseignant l’histoire à l’université Paris 8, il partagera la passion pour l’histoire sociale et l’engagement communiste avec son épouse Germaine. Membre du comité de rédaction de la Pensée, des Cahiers d’histoire, il a été directeur adjoint de l’Institut Maurice Thorez et a contribué au Maitron. Président des Amis de la Commune de Paris 1871, il a redonné un nouvel élan à l’association.

Biographie et réactions d’hommage à Claude Willard