Archives du mot-clé histoire

L’histoire soviétique vue par un témoin du siècle

Présentation du livre par Jean Paul Pierrot, journaliste à L’Humanité
l’Humanité, Jeudi 16 novembre 2017
Octobre 1917, la Révolution en débat de Léo Figuères.
Réflexion sur la Révolution russe et ses suites
Préface de Christian Picquet
Le Temps des Cerises, 306 pages, 17 euros
Acheter

En 1998, Léo Figuères, le vétéran du PCF, élu en 1945 plus jeune député et qui resta maire de Malakoff jusqu’en 1996, publiait un livre au titre choc, Octobre 1917, la révolution en débat, opportunément réédité et préfacé par Christian Picquet. Ce livre, qui est celui d’un témoin engagé du siècle inauguré en 1917, conserve toute son actualité, les interrogations qu’il exprime, les explications qu’il esquisse n’ont rien perdu de leur pertinence. « Puisque nous avons à présent sous les yeux le film complet des événements depuis 1917, nous devrions pouvoir nous livrer à une analyse sérieuse et équitable en dépassant à la fois le temps des nostalgies et celui des dénigrements », écrit l’auteur. Et précisément, son livre ne se limite pas à la révolution, c’est l’histoire de l’Union soviétique que Léo Figuères déroule de manière synthétique et pédagogique. Il observe notamment que la machine économique à bout de souffle avait été mise en place dans les années 1930 sans que des réformes l’aient jamais modifiée…
Jean-Paul Pierrot

Vient de paraître

I. Enseignement de l’histoire : enjeux et controverses autour de la question du fascisme
Joëlle Fontaine et Gisèle Jamet,
ADAPT-SNES éditions, mars 2016, 126 pages.
couv Enseignement de l'histoire
Deux professeures d’histoire, notre amie Joëlle Fontaine et sa collègue Gisèle Jamet attirent notre attention sur ce qu’est devenu aujourd’hui l’enseignement de l’histoire dans le secondaire tant du point de vue pédagogique (thèmes contre chronologie, compétences contre connaissances) que de son contenu :
Où le concept de totalitarisme apparu lors des réformes successives de l’enseignement apparaît comme une arme idéologique quasi-officielle pour discréditer l’expérience socialiste de l’URSS, Où le terme même de fascisme disparaît. Où les liens du grand capital allemand avec Hitler sont gommés. Où la résistance antifasciste est passée sous silence, Où l’Espagne républicaine et sa guerre contre les putschistes franquistes sont absentes des programmes…
La démarche de ces nouveaux programmes « répond à l’évidence à une volonté de propagande politique ».
L’histoire est abordée sous l’angle de la violence qui bannit les dimensions économiques politiques et sociales … la lutte des classes n’existe pas !
La bourgeoisie a compris quel usage elle pouvait faire de l’histoire afin d’empêcher tout changement… les manuels d’histoire le démontrent.
L’ouvrage de Joëlle Fontaine et Gisèle Jamet pose la question de la capacité de l’histoire scolaire à aider les jeunes à mieux comprendre les enjeux du présent et ainsi exercer leur citoyenneté d’une façon plus éclairée.
www.adapt.snes.edu

II. Notre amie, l’historienne Annie Lacroix-Riz, grande spécialiste de la deuxième guerre mondiale et de la Collaboration, nous propose son dernier ouvrage publié chez Armand Colin.
Annie Lacroix-Riz s’appuie sur ses recherches les plus récentes exploitant des archives inédites issues notamment de la Haute Cour de Justice mais également des archives de Washington.
Les élites françaises entre 1940 et 1944 : de la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine
Armand Colin éditeur, avril 2016, 496 pages.
couv L Riz
Les classes dirigeantes françaises, confrontées à un peuple jugé trop rétif, ont pris l’habitude de s’appuyer sur des homologues étrangères, plus puissantes et plus sûres d’elles.
Au XXème siècle, elles ont opté tour à tour ou conjointement pour leurs partenaires d’Allemagne et des États-Unis.
À l’été 1940, au terme d’une décennie de crise, triompha avec Vichy le tutorat allemand qu’elles avaient mûrement préparé.
C’est leur « Collaboration » politico-policière avec le Reich vainqueur, règlement de comptes contre une partie importante de la population, qui est étudiée ici …… pour déboucher au ralliement à la Pax Americana, du grand capital financier aux chefs militaires et au haut clergé quand le nazisme ne s’avéra pas vaincre.
Suivez l’actualité d’Annie Lacroix-Riz sur son site http://www.historiographie.info/

Grand succès populaire pour les « Fronts populaires » le 12 mars

Malakoff, samedi 12 mars 2016 : La salle Jean Jaurès était comble en accueillant quelque 200 personnes, sous la présidence de madame Catherine Margaté et en présence de madame la maire de Malakoff Jacqueline Belhomme, et de nombreux élus dont madame Vanessa Ghiati conseillère régionale, pour écouter l’historien Jacques Girault et lessayiste Jean Ortiz et débattre sur la construction des Fronts populaires en France et Espagne, grands moments d’espoir et d’avancées sociales, que les forces conservatrices proches du capital combattirent pour amener au pouvoir, Pétain en France et par le crime, Franco en Espagne et abattre dans le sang la République espagnole.
Les Amis de Léo Figuères remercient la Municipalité de Malakoff, le PCF, l’ ACCA, l’ ACER, le Mouvement de la Paix, pour leur implication et leur participation à la réussite de cette journée.
Vous trouverez le texte, lu ce 12 mars, en hommage aux combattants pour la République espagnole qui ont vécu à Malakoff .    Cliquez sur ce lien
À cette occasion fut présentée la nouvelle édition du livre de Léo Figuères « Les Fureurs du XXème siècle : crises, mouvements populaires, guerres, résistances, révolutions et contre-révolutions de 1900 à l’an 2000″, disponible aux éditions Le Temps des Cerises et auprès d’ALF.
Un compte-rendu de notre journée a été publié par Jean Ortiz sur son blog : à lire sur le site du journal l’Humanité  … intitulé « Malakoff aller-retour » :
 » Malakoff rendait hommage au Front populaire et à Léo Figuères, maire communiste de 1965 à 1996. Dire Malakoff, c’est dire Léo. Un homme de courage politique. Il paraît qu’il se promène encore dans les rues des quartiers populaires. Oui, oui. On l’a vu ! D’autres se le rappellent, hissé par ses camarades, haranguant la foule lors d’une manif pour Puig Antich. D’autres encore, plus anciens, se souviennent que, le 14 juillet 1935, il lut la déclaration commune des organisations de jeunesse du Front populaire (il avait 17 ans), lors d’un meeting au stade Buffalo (Mon Rouge !!)… » http://www.humanite.fr/blogs/malakoff-aller-retour-602032   Cliquez sur ce lien

Toutes les photos de la journée à la rubrique PHOTOS du site    Cliquez sur ce lien
IMG_3205 IMG_3203 IMG_3199 IMG_3198 IMG_3193 IMG_3165

Fronts Populaires et République espagnole 1936 – 2016 : samedi 12 mars 2016

80ème anniversaire des Fronts Populaires en France et en Espagne : leçons et perspectives
l’ALF, la Bourse du Travail, la Ville de Malakoff, le PCF et l’ACER (combattants en Espagne républicaine) vous invitent
Samedi 12 mars à partir de 14h,
Salle Jean Jaurès
, 13 avenue Jules Ferry, à Malakoff (92)
(métro ligne 13, station Malakoff – Plateau de Vanves / parking sur place)
ENTRÉE LIBRE
Programme : Sous la présidence de madame Catherine Margaté, maire honoraire
– Projection de films sur le Front Populaire
– Conférences – débats : 12 mars 2016
. « Retour sur le Front Populaire » par Jacques Girault, historien, professeur d’Université, spécialiste des mouvements sociaux
. « De la République espagnole à Podemos » par Jean Ortiz, maître de conférences, spécialiste de littérature latino-américaniste, chroniqueur au journal l’Humanité
– Présentation de la réédition du livre de Léo Figuères Les Fureurs du XXè siècle : crises, mouvements populaires, guerres, résistances, révolutions et contre-révolutions de 1900 à l’an 2000 enrichi d’une préface de Jean Ortiz
– Un hommage sera rendu aux habitants de Malakoff, qui ont combattu pour la République espagnole et contre la dictature franquiste (républicains espagnols, brigadistes, militants français…)

LA SOIRÉE SERA CLÔTURÉE PAR UN BUFFET POPULAIRE

clic sur image
Tract 12 mars 2016 Frt Pop

Présentation du livre « Les Fureurs du XXème siècle » le samedi 12 mars

Le livre de Léo Figuères « Les Fureurs du XXème siècle: crises, mouvements populaires, guerres, résistances, révolutions et contre-révolutions de 1900 à l’an 2000«  est réédité, par le Temps des Cerises, à l’occasion du 80ème anniversaire du Front Populaire, 1936 -2016.
Cette nouvelle édition bénéficie de la préface écrite par l’universitaire et essayiste Jean Ortiz.
Ce livre est un véritable précis d’histoire du siècle dernier, utile à tous ceux qui veulent disposer des repères essentiels à la compréhension de notre époque afin de mieux agir aujourd’hui et demain pour l’émancipation humaine.
clic sur image
Couv_Figuères_Les fureurs du XXe_RI 2016_4  Le Temps des Cerises éditeurs – ISBN 9782370 710895 – 2016 – 212 pages – 15 €
Nous présenterons ce livre lors de la journée consacrée aux « Fronts Populaires en France et en Espagne » :
le Samedi 12 mars – à partir de 14 h, Salle Jean Jaurès – Malakoff.
Morceaux choisis de la préface de Jean Ortiz  (février 2016)

Nouveau livre d’Alain Ruscio, « NOSTALGÉRIE… », présentation le 9 juin à Malakoff

Alain Ruscio, historien du colonialisme, qui fut notre invité le 11 avril à l’occasion du 40ème anniversaire de la libération et de la réunification du Vietnam et de la réédition du livre de Léo Figuères Je reviens du Vietnam libre qu’il a préfacé, vient de publier un nouveau livre aux éditions La Découverte :
NOSTALGÉRIE   L’interminable histoire de l’OAS
Pour comprendre les racines de ce scandale historique et mémoriel, et contribuer à y mettre un terme, Alain Ruscio propose dans ce livre une histoire claire et précise de l’action des hommes de l’OAS et de ses séquelles contemporaines.
Présentation du livre par Alain Ruscio autour d’une conférence-débat organisée par l’ACCA à laquelle ALF s’associe :
Mardi 9 juin à 19 h,   à la Maison de la Vie Associative de Malakoff, 28 rue Victor Hugo

NOSTALGÉRIE Présentation éditeur        NOSTALGÉRIE L’Humanité 17 avril 2015        NOSTALGÉRIE Libération 16 avril 2015

8 mai 2015 : 70ème anniversaire de la victoire sur le fascisme hitlérien

D’après une enquête d’opinion de l’IFOP réalisée du 4 au 6 mai 2015 : 54% des Français (59% chez les moins de 35 ans) considèrent que ce sont les USA qui ont le plus contribué à la défaite de l’Allemagne nazie et 23% l’URSS.
Or  en 1945  ils étaient 57% de Français à se prononcer pour l’URSS et seulement 20% pour les USA  !!
Cherchez l’erreur. Pourquoi ce revirement ? L’enseignement de l’histoire en France est passé par là pour façonner les esprits.
L’historienne Annie Lacroix-Riz nous rappelle ce que fut le rôle de l’URSS dans la deuxième guerre mondiale à l’inverse, de ce qu’elle nomme « la mutation pro-américaine », de l’historiographie française.
Le rôle de l’URSS dans la deuxième guerre mondiale (1939-1945)  par Annie Lacroix-Riz (mai 2015)

30 avril 1975, Vietnam, enfin la réunification… célébration du 40ème anniversaire

Enfin la réunification après tant d’années de luttes de libération nationale et de sacrifices de tout un peuple.
Quelques rappels historiques
lafauteadiderot.net – par Nguyen Dac Nhu-Mai

Cérémonie célébrant le 40e anniversaire de la libération du Sud et de la réunification nationale, le 27 avril au siège de l’ambassade du Vietnam à Paris. Français et Vietnamiens, jeunes et moins jeunes, environ 200 personnes, dont des représentants d’ALF et des élus de Malakoff, ont eu le privilège de revivre les évènements d’alors, avec beaucoup d’émotion et de dignité.
Le Vietnam vu par des amis français présents à la cérémonie : interview par l’Agence Vietnamienne d’Information (AVI)

Jean Jaurès par Léo Figuères

Pour le centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès (31 juillet 1914) beaucoup d’articles sont publiés, nous vous proposons l’introduction de Léo Figuères à ses articles publiés dans les Cahiers du communisme sur « La position de Jaurès et du jauressisme dans le mouvement ouvrier français d’avant 1914 ».

« La pensée et l’action de Jean Jaurès, la place qu’il tint dans le mouvement socialiste dans le mouvement ouvrier des années 1890 jusqu’en 1914 sont particulièrement complexes à analyser. Jaurès fut sans nul doute, l’un des dirigeants socialistes les plus écoutés et les mieux suivis des masses laborieuses dans la période qui précède la première guerre mondiale, l’un de ceux dont le souvenir a marqué toute une génération de lutteurs prolétariens.
De l’autre côté, il fut le chef incontesté de la tendance réformiste du socialisme français de cette époque et il contribua  de ce fait à semer des illusions dans le prolétariat sur la possibilité de parvenir au socialisme par la voie parlementaire.

Intellectuel et démocrate petit bourgeois, venu comme tant d’autres au socialisme quand ce dernier se développait impétueusement, il faut lui rendre cette justice qu’il se refusa toujours à s’en servir comme d’un tremplin pour parvenir au faîte des honneurs bourgeois.
Tout en conservant jusqu’au bout des positions réformistes, Jaurès lutta positivement pour les intérêts du peuple ; il s’attira la haine de ses ennemis et tombera victime de sa lutte courageuse contre la guerre capitaliste. C’est pourquoi il conserve et conservera toujours une place au cœur des travailleurs de France et de tous les pays qui aiment ceux qui ont lutté et sont morts pour la cause de leur libération.
Il convient donc d’essayer de dégager la personnalité et l’action de Jean Jaurès, tout à la fois des dénigrements systématiques et des panégyriques intéressés, de façon à pouvoir tirer des enseignements utiles de ses erreurs comme de ses qualités et à les faire servir aux luttes d’aujourd’hui »

Succès de la soirée du 13 mai … salle comble

L’historienne Annie Lacroix-Riz qui a animé la soirée conférence -débat sur le thème « L’histoire contemporaine et l’histoire de l’Europe sous influence » nous écrit :

13 mai 3

Chers amis
C’est vraiment un grand plaisir d’intervenir devant un public nombreux et chaleureux. Et on perçoit la profondeur des changements en cours par la présence, désormais significative, des jeunes, grande nouveauté par rapport à la période antérieure.
Je vous remercie de l’excellence de la préparation de l’invitation et de la qualité de votre accueil.
Amitiés fraternelles,
Annie Lacroix-Riz